Quel repulsif souris choisir

Home / Shopping et boutiques en ligne / Quel repulsif souris choisir

Les souris et autres petits rongeurs peuvent rapidement envahir un habitat et causer de nombreux dégâts dans la maison, allant de la simple présence d’excréments à la destruction du mobilier. Elles transportent aussi parfois des parasites et des maladies transmissibles à l’homme.

Garder une maison propre constitue un premier geste de prévention contre les rongeurs. En effet, si ce nuisible possède des prédateurs comme les rapaces ou les chats, ces derniers ne suffisent pas à venir à bout d’une invasion. Il faut donc veiller à l’hygiène, et si le problème s’installe, trouver des solutions adaptées pour chasser ou éliminer les souris.

Les répulsifs naturels

Les souris possèdent un odorat très développé. Elles fuiront les endroits dont l’odeur ne leur plaît pas. De l’huile essentielle d’eucalyptus placée sur un tissu devant l’entrée d’un nid les fait fuir, à condition de remettre quelques gouttes d’huile quotidiennement pour que l’odeur reste.

D’autres plantes sont également des répulsifs naturels comme le laurier, la menthe, la sauge sclarée et les jacinthes. Placées sur le passage des souris ou disposées dans le jardin, elles aideront à préserver l’espace de vie et à éloigner les animaux des placards.

De plus, les boules de naphtaline, à l’odeur très forte, incommodent les souris.

La simple odeur de la litière de chat déroute les rongeurs car ils se sentent en danger.

Les répulsifs sonores et procédés mécaniques

Les ultrasons feront déguerpir les souris par l’émission d’ondes inaudibles par l’être humain. Tous les systèmes de répulsif souris ultrason ne possédant pas d’ondes traversant les murs, plusieurs pièces doivent être équipées afin que les rongeurs ne puissent pas se réfugier dans un endroit hors de portée des ultrasons.

Combler les interstices et les trous d’accès par de la laine de fer s’avère efficace car il s’agit d’une des rares matières que les souris ne rongent pas. Il existe également des mastics possédant les mêmes fonctions et pouvant compléter le traitement.

Les souricières et autres nasses permettent de capturer les souris vivantes. Elles fonctionnent grâce à un système d’appâts et de trappes. Une fois l’animal entré dans l’appareil, il ne peut plus ressortir, se retrouvant piégé. La souris pourra alors être libérée loin de la maison.

Les souricides

Les méthodes suivantes peuvent être dangereuses pour l’humain ou les animaux domestiques; il s’agit donc de les manier avec précaution, de délimiter des zones d’usage pour ces produits et de les renouveler fréquemment.

La plupart des pièges visent à exterminer les souris, comme les traditionnelles tapettes à rats, dont les systèmes sont aujourd’hui sophistiqués, comprenant des appâts préinstallés notamment.

Des plaques de glu disposées sur le parcours de l’animal l’immobilisent et le tuent par épuisement. Il faut alors remplacer la plaque souillée par une nouvelle. Le système de la glu existe aussi sous forme de tube, permettant de créer des pièges adaptés à des configurations particulières.

Enfin, les pâtes empoisonnées tueront les rongeurs par l’ingestion d’une substance toxique. L’animal ne meurt cependant pas nécessairement à proximité du piège, pouvant causer des odeurs et occasionner des accidents si un animal domestique mange la souris empoisonnée.

En dernier recours, il faut faire appel à un spécialiste en dératisation.